Quelle est la part d'auto-stimulation dans l'expérimentation ésotérique?
Voilà une question qu'on se pose forcément à un moment donné, soit par scepticisme, soit par soucis de perfectionnisme.

Elle y joue un grand rôle, du moins au début. Par exemple, dans le yoga, la projection d'images permet de se transposer dans un autre état par la stimulation consciente de l'intellect. Rien ne change en réalité, si ce n'est notre création mentale.

On retrouve cela dans la physique quantique: l'intention de l'opérateur influence le résultat. Ce qui laisse perplexe par mal de chercheur à l'heure actuelle. Il en va de-même avec les maladies dîtes d'origine psychosomatique pour lesquelles l'état psychologique du patient est à l'origine d'une dégradation de leur santé.

Il en est ainsi, notre pensée joue un rôle majeur dans notre expérience de vie quotidienne.

Ce qui nous ramène à l'influence de l'imaginaire et de l'auto-stimulation dans l'expérimentation. Est-ce vrai ou est-ce imaginaire? Sans vouloir botter en touche, je dirais que nous créons vraiment un imaginaire. Cette création devient vraie par l'expérimentation. C'est le pouvoir d'auto-création. C'est en apprenant à maîtriser sa création mentale qu'on apprend à lire/écouter au delà de celle-ci. Cela demandera au préalable une maîtrise de son égo.

Beaucoup de nos expériences sont des perceptions à travers nos sens. Le 6ème sens (perception extrasensorielle) s'active progressivement avec le lâcher-prise ou l'écoute sensitive non-intellectualisée.